AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




 

Partagez | 
 

 Drew W. Northwoods

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Messages : 35
Masculin



MessageSujet: Drew W. Northwoods   Dim 23 Fév - 14:22


Identité

Northwoods, Drew William
Généralités
Surnom ;; Quand on a un prénom aussi court que Drew, personne ne prend la peine de vous donner un surnom.
Âge au moment de la mort ;; 17 ans
Date de naissance ;; 23 mars 1870
Nationalité ;; Britannique, plus précisément anglaise
Sexe ;; Masculin

Situation amoureuse ;; Célibataire.  S'il avait vécu plus longtemps, son père aurait certainement fini par le fiancer, mais il n'en a pas eu l'occasion.
Situation familiale ;; Fils de Ronald et Margaret Northwoods et frère cadet de Rosa Northwoods.
Situation financière ;; Très riche.  Ou, du moins, son père l'est.

Groupe ;; Branche principale des Northwoods
Particularités

Ah, j'ai appris la terrible nouvelle...  Vous êtes décédé, n'est-ce pas ?  Cela vous rend triste ?
J'essaye de ne pas trop y penser, ce qui me permet de relativement bien supporter la situation.  J'ai parfois des moments un peu plus difficiles, où je me sens vraiment mal, mais j'imagine que tout le monde est dans cette situation.
D'ailleurs, c'était un honteux assassinat !  Avez-vous l'intention de prendre votre revanche ?
Non, pas du tout.  J'en veux énormément aux Ravenshill, mais leurs descendants n'y sont pour rien. Personnellement, je n'aime pas trop être associé à mon père...  Personne ne devrait être tenu pour responsable des actions de ses ancêtres.
Vous avez probablement raison.  Mais, autrefois, vous deviez bien avoir un rêve, un but !  Quel était-il ?
A vrai dire, pas vraiment...  J'ai toujours vécu un peu au jour le jour, sans trop penser à l'avenir.  Mon père m'y faisait déjà songer bien trop souvent à mon goût alors... j'ai préféré éviter.
Et à présent, que comptez-vous faire ?
Je m'occupe avec tout ce qui me tombe sous la main !  Que voulez-vous, on n'a pas trop le choix...  Je tente de trouver des choses à faire, quelles qu'elles soient.
Je vois, oui.  Y a-t-il quelque chose qui vous effraye ?
Ugh, les araignées et les gros insectes...  Leurs pattes qui s'agitent, c'est absolument horrible.  Heureusement qu'on nettoie correctement le manoir, car cette forêt grouille de bestioles, surtout quand le temps est humide.

♦ ♦ ♦

Êtes-vous plutôt un meneur ou un suiveur ?  
J'imagine que ça dépend...  Dans la vie de tous les jours, j'ai tendance à être un meneur.  Mais, à l'échelle de mon existence, je n'ai jamais fait que suivre les ordres de mon père sans rien dire.  J'imagine qu'au fond, je suis plutôt un suiveur...
Préférez-vous le sucré ou le salé ?  
Le sucré, sans aucun doute.  Un gâteau ou un biscuit pour accompagner le thé de cinq heure, c'est parfait.
Délicieux en effet.  Et quelle est votre couleur préférée ?  
Pour m'habiller, j'aime les couleurs telles que le violet, le gris, le noir ou le bleu foncé.  Mais, de manière générale, je crois que c'est le bleu clair que je préfère...  Celui du ciel d'été de mon enfance.
Absolument ravissant.  Mais je me demandais...  L'éternité, c'est bien long.  Que faites-vous pour vous distraire ?  
Comme je l'ai dit...  Tout ce que je trouve à faire.  Je relis des livres lus cent fois, je me promène dans le jardin, je discute avec les domestiques, ...  Tant que je ne reste pas inactif, ça me va.
Hum, d'accord...  Y a-t-il un endroit dans le manoir ou les environs que vous aimez particulièrement ?  
J'ai des bons souvenirs dans beaucoup d'endroits. Et des mauvais dans d'autres...  Alors non, je n'ai pas vraiment de lieu préféré.  Chaque pièce représente pour moi quelque chose de précieux.
Ah ?  Je devrais allez y jeter un coup d’œil à l'occasion.  Testons vos connaissances maintenant : savez-vous parler plusieurs langues ?  
Je n'ai pas vraiment le choix, à vrai dire...  Je parle bien sûr anglais, mais j'ai également appris un peu de français et d'allemand.  D'après mon père, c'est extrêmement nécessaire, mais je vous avouerai que je ne suis pas particulièrement doué.  J'ai aussi eu quelques cours de latin et de grec, mais ne vous attendez pas à ce que je puisse les parler...

♦ ♦ ♦

Quel trait de caractère recherchez-vous chez les autres ?  
J'aime que les autres aient quelque chose d'intéressant.  Passer du temps avec des gens ennuyeux est déplaisant.
Vraiment ?  Et quel est celui que vous détestez ?
La méchanceté, je dirais.  Je ne suis peut-être pas un ange, mais ceux qui font du mal ou disent des choses blessantes juste pour le plaisir me dégoûtent.

Apparence
De taille et corpulence moyennes, Drew n'a physiquement rien d’impressionnant. Ses cheveux sont blonds et fins, encadrant un visage dont les traits légers ne sont plus ceux d'un garçon mais ne deviendront jamais réellement ceux d'un homme. Sous ses yeux, grands et expressifs, se dessinent de légères cernes lui conférant parfois un air un peu fatigué. Ses iris d'un bleu azuré semblent toujours se poser un peu partout autour de lui, observant chaque détail.
Il n'est pas rare de voir Drew affichant sur ses lèvres un sourire malicieux, comme s'il avait derrière la tête une idée dont tout le monde ignore la nature.  La jeune homme revêt cependant de nombreuses émotions car, s'il n'est pas un mauvais menteur, il est en revanche très difficile pour lui de cacher ses réactions.  Surprise, colère, tristesse ou contentement peuvent très rapidement se succéder sur son visage, rendant parfois difficile pour son interlocuteur de suivre le fil de ses émotions.
D'une nature relativement coquette et perfectionniste, Drew aime à s'habiller correctement, ne supportant pas le moindre détail pouvant lui donner un air négligé.

Caractère
sympathique ;; égoïste ;; perfectionniste ;; immature ;; charmant ;; capricieux

D'une nature sociable, Drew aime discuter et faire de nouvelles rencontres.  S'il y a une chose qu'il a hérité de son père, c'est probablement du charisme.  Sachant se montrer charmant quand il le veut, il ne lui est pas difficile de se faire apprécier des autres, bien que certaines personnes soient bien sûr moins réceptives que d'autres.  Il est cependant une personne assez égoïste, faisant souvent passer ses désirs avant de ceux des autres et s'amusant à leurs dépends.  En conséquence de cela, il se révèle parfois menteur ou séducteur, se jouant des gens.  Ne faisant pas cela dans le but de de faire du mal aux autres, il se retrouve parfois surpris lorsqu'il réalise qu'il a vexé ou rendu triste quelqu'un.
Devenir réellement proche de Drew est difficile.  S'il a tendance à passer beaucoup de temps avec les gens qui l'amusent ou l'intéressent et donne ainsi parfois l'impression d'être attaché à eux, ce n'est généralement pas le cas.  Très dévoué à ceux qui lui sont chers, il ne se montre au contraire que peu concerné par la majorité des gens.  Capricieux, il peut se désintéresser de quelque chose ou de quelqu'un du jour au lendemain, parfois sans même vraiment savoir lui-même pourquoi.

Car le véritable ennemi de Drew est l'ennui, le tuant lentement.  La seule raison pour laquelle le jeune homme parvient à maintenir un visage souriant et des pensées claires chaque jour est parce qu'il ne se laisse pas un moment de répit.  Sans cesse à la recherche d'une personne intéressante avec qui s'amuser ou, le cas échéant, d'une activité qui pourra occuper son esprit, il prétend être satisfait.  Mais la vérité est tout autre, le jeune homme ayant hérité de sa mort ses tendances dépressives, sa jolie façade s'effondrant dès qu'il est laissé seul avec ses pensées.  Il en vient alors à se perdre dans sa nostalgie et dans sa douleur, son masque souriant se brisant pour laisser paraître la véritable nature du garçon.
Ne pouvant accepter cette dure réalité, Drew s'entête donc à chercher des moyens de se concentrer sur autre chose que la mort.  Et pour cela, tout est bon.  Même lire des livres lus cent fois ou visiter des lieux traversés pendant plus d'un siècle peuvent faire l'affaire s'il ne trouve rien de mieux.  Mais certainement, le divertissement le plus efficace, c'est les autres.  Les gens ne sont jamais exactement les mêmes à chaque fois et l'on peut presque toujours réussir à susciter chez eux quelque chose d'intéressant.  Que ce soit un nouveau sujet à discuter... ou éventuellement une nouvelle manière de se moquer d'eux, il est toujours possible de trouver quelque chose.  Alors Drew se promène d'un endroit à l'autre, en quête d'une occupation qui lui permettra de tenir bon, prétendant que tout va bien lorsque rien ne va.

Passé
Je suis le 23 mars 1870 dans l'ouest de Londres et ai vécu là jusqu'à mes huit ans.  Je dois avouer que je me souviens peu de cette époque. Nous vivions dans une assez grande maison – quoi que rien de comparable au manoir – entourés d'une gouvernante et de deux autres domestiques. Les souvenirs qu'il me reste de cette époque sont ceux de moment assez ennuyeux. Nous avions peu de distractions, étant le plus souvent forcés à nous occuper calmement.
Dès un très jeune âge, on tenta progressivement de m'éduquer pour que je succède un jour à mon père, ce qui ne se révéla pas concluent.  Les études m'ennuyaient, plus parce que j'y étais contraint que parce que le sujet me semblait réellement inintéressant.  Je me mis rapidement à négliger mes leçons et, malgré remarques et punitions, je ne m'améliorai que très peu.
Je ne parviens pas à me rappeler d'un moment où mon père fut fier de moi.  Aussi loin que je m'en souvienne, il m'a toujours considéré comme un imbécile incompétent dont toute l'éducation était à faire.  En un sens, j'ai d'ailleurs toujours envié ma soeur.  Bien que née avant moi, on s'est toujours montré bien plus tendre avec elle qu'avec moi.  Quand elle jouait ou se promenait, j'étais enfermé à la maison tandis que l'on tentait de faire entrer dans mon crâne beaucoup trop d'informations à la fois.  Quand elle faisait une bêtise, elle se faisait gronder, et quand je faisais une, je me faisais frapper.  Mais, étrangement, malgré cette jalousie, nous nous sommes toujours bien entendu, le fait que nous soyons proches au niveau de nos âges y jouant sans doute pour beaucoup.

Lorsque nous quittâmes Londres, la situation changea pour le mieux. Certes, on continuait à essayer de me transformer en une copie de mon père, mais le reste était bien plus agréable qu'avant. Nous avions un immense jardin où courir et jouer, une maison si grande qu'il nous semblait que nous ne finirions jamais de l'explorer. Et, même s'ils étaient venus vivre chez nous suite à de tragiques événements, leur présence rendit le quotidien bien plus amusant.
La pression sur mes épaules m'a toujours semblé oppressante, me donnant l'impression d'un manque de liberté que je compensais en n'étant pas très obéissant.  J'étais un enfant agité, toujours en quête d'un nouveau jeu.  Du moins, quand je n'étais pas en train de travailler mon expression orale ou ma connaissance de l'économie actuelle...
J'étais, et suis encore, une personne qui supporte mal la solitude.  Lorsque je n'ai personne autour de moi, j'ai l'impression que la réalité s'efface peu à peu...   Surtout maintenant que je suis mort, et que j'ai parfois le sentiment de ne plus vraiment être là.  Ainsi, les années passant, je me sentis de moins en moins bien dans ma peau.  A mesure que je grandissais, les attentes de mon père devenaient bien sûr de plus en plus grandes, m'écrasant sous le poids de ses attentes que – je l'avais toujours su – je ne pourrais jamais remplir.  Vers mes quatorze ans, je me retrouvai de plus en plus isolé de mes cousins et de ma soeur, obligé d'assister à d'ennuyeuses réunion ou de rester enfermé pour étudier.

On aurait ainsi pu penser que la mort serait pour moi la délivrance car, certes, je reçus enfin la liberté que j'avais tant souhaitée.  Mais cela ne me convenait pas.  Si, dans un premier tant, je savourai cette nouveauté, je finis rapidement par réaliser que la situation était bien moins heureuse qu'elle n'en avait l'air.  Les années passèrent, les saisons se succédèrent en un cycle infini, et rien ne changea.  J'avais cessé de grandir, comme tout le monde.  Les mêmes événements semblaient se répéter avec le temps, et plusieurs fois je me demandai si je devenais fou ou si tout cela n'était pas qu'un rêve.  Mais en réalité, la routine infernale dans laquelle nous nous étions retrouvé était bien réelle.  Elle était la conséquence logique à notre éternité.  Le nouveau ne reviendrait jamais et chaque jour serait le même que le précédent.
Je m'étais retrouvé piégé, car, si je n'avais jamais voulu succéder à mon père, cela ne signifiait pas pour autant que je ne voulais pas vivre.  J'étais peut-être libre du Destin que l'on avait tenté de m'imposer depuis ma naissance, mais ne pas avoir d'avenir du tout était peut-être bien pire que ce que j'avais pu imaginer.

En réalité
Bienvenue sur le forum !  Ça va ?  T'es en forme ?
Ça va !  Terminer le forum fut long et fatigant, mais ça fait plaisir d'être là !
Si tu as une question, mieux vaut la poser maintenant.  Y a pas un truc que t'aurais pas compris et te chiffonne ?
Non, heureusement, je pense avoir tout compris.  Si ce n'était pas le cas, nous aurions un petit problème...
Tu as peut-être une suggestion ?  Une super idée qui t'es venue et qui pourrait rendre le forum super cool ?
A part des membres, je ne vois pas~
Encore une dernière petite chose avant de te laisser tranquille...  Comment as-tu découvert le forum ?
Ça va vous paraître dingue mais, en fait, je l'ai créé !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://northwoods-manor.forumactif.fr
 

Drew W. Northwoods

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Northwoods Manor :: Formalités et divertissements :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: