AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




 

Partagez | 
 

 e l s a r i a » i would like to be a butterfly. | uc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Je suis
Invité

Invité



MessageSujet: e l s a r i a » i would like to be a butterfly. | uc   Jeu 6 Mar - 14:17


Identité

Blackburn Sixtine Elsaria
Généralités
Surnom ;; Elsa, simplement.
Âge au moment de la mort ;; 18 ans.
Date de naissance ;; 18 Février 1869.
Nationalité ;; Britannique.
Sexe ;; Féminin.

Situation amoureuse ;; C'est assez compliqué. Disons qu'elle aurait dû être fiancée, mais que ça n'a pas été le cas.
Situation familiale ;; Sa mère, Helena Elizabeth Blackburn, son père, Hector Richard Blackburn, et sa sœur Lux Dahlia Blackburn. Ils se sont tous consumés dans les flammes.
Situation financière ;; Ils étaient riches.

Groupe ;; Northwoods, branche secondaire. Sa mère était dotée du sang Northwood.
Particularités

Ah, j'ai appris la terrible nouvelle...  Vous êtes décédé, n'est-ce pas ?  Cela vous rend triste ?
Le temps a passé, j'ai eu tout le temps d'accepter ma mort. En fait, c'est plus le fait de rester coincée ici, avec certaines personnes que je ne veux pas voir qui est dérangeant. C'est assez étrange, mais la mort ne m'a jamais vraiment fait peur. Par contre, l'éternité me dérange...
D'ailleurs, c'était un honteux assassinat !  Avez-vous l'intention de prendre votre revanche ?
Non. Honnêtement, je n'en ressens pas vraiment l'envie. C'est inutile - on est tous morts, on ne peut rien y faire. Et eux ne sont pas responsables des actes de leurs ancêtres. Mais, il faut bien tromper l'ennui. Il m'arrive quelquefois de faire des farces, pour m'amuser un peu. Je suppose que certains considèrent que ces actes sont motivés par la vengeance.
Vous avez probablement raison.  Mais, autrefois, vous deviez bien avoir un rêve, un but !  Quel était-il ?
Je voulais avoir une maîtrise parfaite du violon. Enfin, c'est impossible, bien sûr, mais je voulais exceller dans ce domaine, et je jouais énormément. C'est sans doute ce qu'on peut appeler une passion.
Et à présent, que comptez-vous faire ?
Je ne sais pas. Je vais sans doute continuer comme avant. Et partir de nouveau à la recherche d'un violon - j'ai peut-être oublié des endroits, on ne sait jamais. Je ressens le besoin d'en jouer depuis si longtemps...
Je vois, oui.  Y a-t-il quelque chose qui vous effraye ?
Que cela n'ait réellement aucune fin. Continuer à errer indéfiniment, c'est juste atroce. Sans parler du fait qu'il y ait certaines personnes... Si, au moins, on était pas bloqués ici, ça serait tellement plus simple.

♦ ♦ ♦

Êtes-vous plutôt un meneur ou un suiveur ?  
Je dirais que je suis plutôt un électron libre. Je n'aime pas suivre les ordres, et pas spécialement en donner non plus. Et je me mets aussi à l'écart, généralement, donc c'est sans doute le terme qui me convient le mieux. Enfin, c'est difficile d'être objectif quand on parle de soi.
Préférez-vous le sucré ou le salé ?  
Aucun des deux. J'adore ces deux saveurs, je n'arrive pas vraiment à les départager. C'est périodique. Actuellement, je dirais que je préfère un peu le salé.
Délicieux en effet.  Et quelle est votre couleur préférée ?  
Blanc et noir. Parce qu'elles sont opposées, mais qu'elles s'accordent si bien. J'aime beaucoup le bleu aussi, mais ça vient après.
Absolument ravissant.  Mais je me demandais...  L'éternité, c'est bien long.  Que faites-vous pour vous distraire ?  
J'ai déjà plus ou moins répondu, non ? Enfin, je joue quelques farces, je fais des « fouilles » dans le manoir, et sinon... Je pense. Je rêve, ou je réfléchis à certaines choses.
Hum, d'accord...  Y a-t-il un endroit dans le manoir ou les environs que vous aimez particulièrement ?  
Les vestiges du manoir Ravenhill. Ce n'est pas par joie vengeresse, mais cet endroit m'attire. Les décombres me font ressentir quelque chose, je m'y sens bien. Et peu de personnes y vont, c'est donc l'endroit parfait pour être tranquille.
Ah ?  Je devrais allez y jeter un coup d’œil à l'occasion.  Testons vos connaissances maintenant : savez-vous parler plusieurs langues ?  
L'anglais, évidemment, et je connais un peu de français. Je l'avais étudié.

♦ ♦ ♦

Quel trait de caractère recherchez-vous chez les autres ?  
La seule chose que je cherche, c'est des gens qui veulent comprendre, non pas juger. Le reste importe peu.
Vraiment ?  Et quel est celui que vous détestez ?
L'inverse, ceux qui jugent sans comprendre. Qui se bloquent dans leur monde restreint, fermé. Et j'aime pas ceux qui crient tout le temps, aussi. J'aime conserver mes tympans.

Apparence
Elsaria a toujours eu une allure quelque peu fantomatique, par le fait qu'elle est albinos. De son vivant, c'était assez gênant, la maladie n'ayant été découverte qu'environ quarante ans avant sa naissance - et peu de personnes s'intéressaient véritablement à la médecine -, peu de gens la connaissait; l'adolescente était donc considérée comme étrange. La seule « satisfaction » qu'elle pouvait tirer, était que sa sœur était attente de cette même maladie, ce qui normalisait un peu la situation, les gens se disant que c'était dans la famille - ça a toutefois attiré des ennuis à la famille entière, les rumeurs courant sur leur dos.
Enfin, le sujet est son apparence. La première chose qu'on remarque, c'est ses cheveux. D'une pâleur laiteuse, ils sont coupés assez anarchiquement : mèches courtes encadrant son visage, mèches longues drapant son corps. Ce qui renvoie à sa condition de fantôme, c'est que quelques mèches sont quasiment translucides, laissant passer la lumière - ou l'ombre. Ces mèches prennent parfois une teinte différente - celle de l'environnement -, revêtant un vert légèrement anisé lorsqu'elle se trouve dans une forêt, par exemple. On peut qualifier sans peine sa chevelure d'étrange - et c'est sans doute la raison pour laquelle l'adolescente en est aussi fière.
Passons à son visage. Sa peau est pâle, diaphane, la délicate teinte pêche ressortant parmi ses mèches blanches. Ses traits sont doux - un nez délicat en trompette - mais matures - visage ovale, légèrement anguleux - et mystérieux - expressions difficiles à déchiffrer. Elsaria est dotée de pommettes bien dessinées, assez hautes, de lèvres fines, et d'un sourire en coin assez malicieux - lorsqu'elle daigne montrer autre chose que de l'impassibilité. Dans ce tableau assez intéressant se dressent ses yeux : joyaux rubis, ses pupilles trahissent un calme impressionnant par leur éclat, plus ou moins mis en valeur par de longs cils tellement pâles qu'ils en sont quasiment invisibles.
Sa tête se tient sur un cou gracile, prémices de son corps frêle. Des clavicules bien dessinées, des bras fins, une poitrine visible mais assez petite, des hanches plutôt étroites, des jambes délicates. L'adolescente est mince, voir maigre - à tel point qu'elle a déjà eu le droit au fameux « si tu maigris encore, tu vas perdre un os », et à d'autres phrases bien moins agréables.
L'adolescente laisse souvent ses cheveux lâchés, ne s'en préoccupant que le minimum - elle en est fière, mais n'a jamais aimé s'en occuper : c'est assez laborieux. Il arrive même qu'elle ne les coiffe pas, sa chevelure tenant alors plus d'une masse informe que des cheveux. Elle s'habille généralement avec des robes - elle en a l'habitude, et ne sent pas à l'aise en pantalon, bien que ça l'attire d'en porter. Généralement, ses vêtements sont sur le basique contraste noir/blanc, mais il lui arrive de porter diverses teintes de bleu.

Caractère
Calme ;; Méfiante ;; Joyeuse ;; Fière ;; Honnête ;; Rancunière

Elsaria est loin d'être le tableau de la femme de maison modèle du 19ème siècle. Bien que calme, l'adolescente se montre assez rapidement cynique, voir moqueuse, envers les gens qui l'abordent - qui l'abordent, oui, parce qu'elle va rarement vers les autres. Ce n'est pas par véritable méchanceté, juste que c'est sa manière de s'amuser - aux dépends des autres. Paradoxalement, l'albinos déteste qu'on se moque d'elle - elle est bien trop fière pour l'accepter. Si jamais quelqu'un a le malheur de s'attaquer à elle, Elsa se défend. Et étant donné que la meilleure défense c'est l'attaque, sa « défense » est généralement plus agressive que l'affront qu'on lui a fait. Que ce soit par des remarques vicieuses, des insultes, voir en manipulant les proches de la personne pour qu'elle se retrouve plus ou moins seule, l'adolescente sait s'y retrouver pour blesser quelqu'un.
Toutefois, elle ne réagit comme ça que si la personne l'a cherché. Si elle n'apprécie pas quelqu'un, elle se contentera de l'éviter, voir de l'ignorer. C'est bien plus simple comme ça. Enfin, si elle s'ennuie et que la personne qu'elle n'apprécie pas est un humain - elle évite au maximum les problèmes avec les fantômes, l'éternité étant problématique -, il est tout de même possible, voir probable, qu'elle lui fasse quelques « farces » de son cru, comme elle le dit si bien.
Comme le montre ce choix, Elsaria est tout de même assez réfléchie. Bien que, comme tout le monde, il lui arrive de se laisser porter par ses sentiments, elle préfère analyser et prévoir ses actions, afin de limiter les dégâts non désirés - ça serait bête que quelqu'un qu'elle apprécie aie des problèmes à cause d'elle.
D'ailleurs, avec les personnes qu'elle apprécie, l'albinos est généreuse, et même assez protectrice. Avec elle, c'est tout l'un ou tout l'autre, il n'y a pas de juste mesure : soit elle vous apprécie et vous protégera, soit c'est l'inverse, et il faudra se méfier. Toutefois, même avec les personnes qu'elle apprécie, Elsa parle peu d'elle-même. C'est plus une habitude qu'autre chose, elle garde ses sentiments pour elle, point à la ligne. De plus, même si elle apprécie certaines personnes, l'adolescente a toujours besoin de solitude, c'est dans son tempérament. Elle se débrouillera toujours pour se retrouver seule à un moment ou à un autre, seule avec ses pensées. Et si quelqu'un a le malheur de la déranger à ce moment, il devra supporter une Elsaria contrariée voir glaciale. Parce qu'une fois qu'elle a décidé de faire quelque chose, il vaut mieux ne pas la déranger, ni perturber ses plans. Quoique, de toute façon, l'adolescente trouvera toujours un moyen d'arriver à ses fins. Elle déteste laisser des choses en plan, et est en plus très obstinée, ce qui n'arrange rien.

Passé

Elsaria était silencieuse. Dans le coin d'une pièce sombre, à la lueur tremblotante d'une vieille lampe, elle tenait dans ses mains un vieux livre qu'elle tenait avec le plus grand respect. La clarté orange la faisait rousse, un roux d'une pâleur irréelle, tandis que sa peau avait presque une teinte normale. Elle semblait neutre au premier abord, mais douleur et nostalgie étaient visibles dans ses iris rubis tandis qu'elle parcourait les pages avec lenteur; s'imprégnant de chaque mot, les gravant dans son esprit - pour la énième fois.

28 Février 1869 (Deux semaines et quelques)
Elsaria, j'ose espérer que tu continueras ce journal intime lorsque tu en seras capable. Et que tu ne nous détesteras pas, malgré le fait que nous ne t’ayons pas élevée. Seulement, nous ne pouvons pas nous occuper de toi. Nous avons actuellement de grandes difficultés financières, qui ne nous permette pas de nous occuper de toi. Et il y a cette famille, les Blackburn... Ils cherchaient une enfant, pour éviter que la leur soit seule. Ils étaient prêts à payer. Et tu ressembles tellement à leur fille, avec tes iris rouges et tes cheveux blancs... On pourrait presque croire que vous êtes réellement sœurs.
Je comprends que tu nous en veuilles. Mais, je t'en supplie, ne nous déteste pas. Nous avons sûrement tous eu une meilleure vie ainsi. Et, même si nous t'avons vendue aux Blackburn, nous t'aimons. Crois-moi.

Ces mots lui arrachèrent un frêle sourire, tenant plus de la douleur que de la joie. Sa vie n'avait pas été spécialement bien chez les Blackburn. Même si, au début, elle avait cru que tout irait bien.

3 Mars 1880 (12 ans)
Je n'avais jamais prêté attention à ces mots - des esquisses de paroles gravées sur un papier. J'aurais peut-être dû. Peut-être que j'aurais été un peu moins renfermée - excepté envers Lux. Quoique, je n'ai pas toujours été spécialement sympathique avec elle. Lorsque ses nos parents la privilégiaient - ce qui arrive assez souvent -, il m'est déjà arrivé de la considérer comme fautive, dans ma réflexion tronquée d'enfant. C'est stupide - mais quel enfant ne l'est pas ? Enfin. Peu importe.
Même si ils privilégieront toujours Lux, elle est au moins de mon côté. (Et j'ai aussi réussi à avoir des cours de violon.) On est même proches, on a une véritable relation de sœurs. Certains se moquent de nos cheveux blancs, de nos yeux rouges. Mais peu importe, puisque nous sommes deux. Et, quoi qu'il arrive, nous seront toujours ensembles.
( En lisant cette phrase, les traits de l'albinos se durcirent étrangement - elle ne pouvait cacher la tristesse qui régnait derrière la colère.)
Je l'admire. Lux est magnifique. Malgré nos ressemblances, elle reste bien plus belle que moi. Ses traits sont si harmonieux, et même son corps est parfait - elle est juste comme il faut. Elle a une manière particulière de me prendre la main, le bras, qui est si agréable... Et ses mains sont toujours chaudes, aussi. Enfin, je ne sais pas comment l'exprimer, mais Lux est juste quelqu'un de parfait - même ses défauts ne sont pas si détestables.
Je suis vraiment heureuse de l'avoir comme sœur. C'est sûrement la meilleure chose qui pouvait m'arriver.

Les traits d'Elsa' s'adoucissent, laissent place à la tristesse. Ses yeux luisent légèrement, comme si elle était sur le point de pleurer.

12 Novembre 1880 (12 ans)
Je me suis trompée. Je suis stupide, tellement stupide. Et sale. Hideuse, abominable. Je ne devrais pas ressentir ça. Ce n'est pas normal, je ne suis pas normale. Je suis immonde. C'est ma sœur. Elle fait partie de ma famille. Et c'est une fille. Je suis... Je suis un monstre. Je ne devrais pas avoir des sentiments comme ça. C'est infâme, grotesque. J'essaye de les rejeter, de penser à autre chose, par tous les moyens. Je me suis même éloignée d'elle. Mais ça ne sert à rien... Rien ne marche. J'ai beau essayer, encore et encore, et encore... Mes sentiments restent intacts. Ignobles, mais toujours présents. Ce n'est même pas autorisé. C'est un crime, et je le sais. Mais j'y arrive pas. Je suis non seulement monstrueuse, mais aussi une incapable.
Je l'aime, je suis amoureuse de Lux. Et ça me tue. Parce que je ne peux rien y faire.

Une larme s'est échappée de son œil, glisse perfidement sur sa joue. Elle respire calmement, et est à nouveau impassible. Cherchant à se tromper, à tromper son propre esprit, malgré le fait qu'elle sache que c'était impossible.

En réalité
Bienvenue sur le forum !  Ça va ?  T'es en forme ?
Yep.
Si tu as une question, mieux vaut la poser maintenant.  Y a pas un truc que t'aurais pas compris et te chiffonne ?
Non, pas spécialement.
Tu as peut-être une suggestion ?  Une super idée qui t'es venue et qui pourrait rendre le forum super cool ?
Honnêtement, j'en ai aucune idée.
Encore une dernière petite chose avant de te laisser tranquille...  Comment as-tu découvert le forum ?
Lux m'a envoyé le lien.

Revenir en haut Aller en bas
 

e l s a r i a » i would like to be a butterfly. | uc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Northwoods Manor :: Formalités et divertissements :: Présentations-
Sauter vers: