AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




 

Partagez | 
 

 Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Messages : 37
Féminin



MessageSujet: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Lun 26 Mai - 14:15

Le soleil illuminait la journée, et il était encore loin de se coucher et de laisser place à la Lune.  Sarah se promenait dans le manoir, sans but précis. Certains domestiques s’affairaient à leurs occupations mais sinon, elle avait l’impression d’être seule. Un peu de tranquillité n’était pas pour lui déplaire, mais trop et cela devenait beaucoup trop pesant.

Ses pas la dirigèrent vers la salle de musique, unique endroit où il y avait encore quelque chose d’utile à faire. Le piano était là, ce vieux piano où elle n’avait jamais vraiment essayé de jouer avec. Elle s’y approcha et appuya sur une touche au hasard. Le son cassa le silence de la pièce, arrachant à Sarah un faible sourire. Elle en avait entendue des magnifiques morceaux joué au piano, mais ne sachant pas en jouer, elle hésita puis finalement s’installa. Ses doigts parcouraient les touches au hasard et donnait une mélodie qui ne menait à rien. Quand elle pensait qu’un chat marchant sur un piano quelque fois donnait mieux que ce qu’elle faisait, elle se sentait ridicule.

Elle soupira et regarda le mur quelques secondes avant de se lever. Puis elle repensa au petit chat qu’elle avait apprivoiser et fit demi-tour. Cette fois, ses doigts appuyèrent sur quelques touches lentement, comme le ferait un chat. Pour finir en course folle jusqu’à la fin du clavier.

« Youpi !  Let’s go ! »

Et elle mima un rire. Oh non elle ne s’ennuyait pas du tout, un piano donne tout plein de possibilités pour s’amuser… surtout quand on ne savait pas en jouer. Elle recommença le même scénario sans la course folle, la mélodie ressemblait à quelques chose quand on accélérait un peu. Puis elle s’arrêta laissant sa tête reposer sur le clavier dans une plainte mélodieuse de la part du piano.
Puis elle vit des jambes. Elle releva la tête

« Will ? »

Elle se reprit, laissant le sourire niait et le regard intense de côté.

« Mais qu’est-ce que tu fais là ? Oui désolée, c’était un peu affreux… En vérité je ne sais pas en jouer… Sinon tout va bien de ton côté ? »


Dernière édition par Sarah Northwoods le Jeu 11 Sep - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 51
Masculin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Ven 13 Juin - 11:15

Souviens-toi de nos mélodies passées

Ce n’était qu’un vacarme sans forme, des notes dépareillées sans queue ni tête, de quoi donner un mal de tête de n’importe quel vivant. Les morts n’échappaient pas à torture non plus, mais ils étaient maintenant habitués à ce genre d’épisode qui se répétait assez aléatoire dans le temps.  Pourtant, William se promit que si c’était un invité, il le jetterait probablement par la fenêtre, même s’il leur devait sa plus grande patience et sa plus grande humilité. Il suivrait simplement le sillage de son miroir qui avait rendu l’âme le matin même, sous une crise de colère.

Le majordome avait resserré sa cravate, et s’était recoiffé à l’aveuglette d’un coup de main, avant de filer dans le couloir. Qui que soit cette personne qui infligeait ce calvaire à une grande partie des âmes séjournant dans le manoir, il lui ferait payer une telle offense. Cette attitude le mettait hors de lui, coupant les fils du pantin docile qu’il était devenu. Si cela ne tenait qu’à lui. Il aurait sans doute traversé les murs pour l’atteindre au plus vite et enfin mettre fin à cette chose qui aurait dû être de la musique. Il siffla dans sa barbe quelques insultes, et le silence revint, que pour quelques instants avant que le carnage ne reprenne. Mais tout compte fait, les sons semblaient plus coordonnées, un certain rythme venait écoutable. Cependant l’esprit de Will était sorti de ses chaînes, rien de l’arrêterait. Il ouvrit alors la porte d’un coup sec, faisant face à l’horrible virtuose.

« QUI OSE…. Sarah ? »

Tout compte fait, il y avait peut-être une personne qui pouvait l’arrête, cette bourgeoise par exemple. Il resta dubitatif un moment, se demandant ce qu’elle pouvait faire ici, dans cette salle. Ah oui, c’était elle la musicienne du dimanche. Il ferma les yeux et massa ses tempes, comme pour essayer de sortir de cet horrible cauchemar. Il ne voulait pas la voir, SURTOUT ce jour-là. Il était encore un peu fébrile de sa crise et il n’avait pas envie de se forcer à ne pas la froisser et encore moins à se sentir gêné par sa présence. Mais il était encore plus impoli de partir, maintenant qu’elle lui demandait la raison de sa présence.

Tentons d’être franc et ça finirait rapidement

«  Ta…  Votre ‘’musique’’ me cassait la tête si vous voulez savoir. Vous n’avez pas eu le temps d’apprendre depuis le temps ? »

Il semblait inopportun de  la tutoyer, même si ce dialogue lui semblait artificiel. A la différence de Drew, cela avait toujours était détendu entre elle et lui. Simplement parce qu’il l’avait rencontré après avoir surmonté ses problèmes de communication. Il s’était rapproché du piano, touchant les touches blanches sans un regard pour la demoiselle. Il avait feint une de ses questions et n’était pas près d’y répondre. Ses doigts en tremblaient encore.

« Même moi j’ai pu maîtriser un morceau, vous devriez en être capable… »


Histoire que ces oreilles n’aient plus à supporter cette cacophonie.



"Les mélodies nostalgiques n'ont que la savoir âcre et pétillante du brasier qui avait eu raison de nous autrefois. Alors je préfère rester sourd à ta gaité...   "

For  Sarah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 37
Féminin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Lun 23 Juin - 10:23

« QUI OSE…. Sarah ? »

Elle était face à lui, toujours assise sur la chaise di piano, un grand sourire aux lèvres. Seulement il avait pas l'air de partagés sa joie du tout. Plutôt même en colère, contre elle?

«  Ta…  Votre ‘’musique’’ me cassait la tête si vous voulez savoir. Vous n’avez pas eu le temps d’apprendre depuis le temps ? »

En 100 ans? Non elle n'avait rien appris du tout. Surtout que la musique n'a jamais été son centre d’intérêt premier. Aujourd'hui c'était juste pour s'amuser. Elle resta là, penaude, ne savant pas trop quoi répondre.
Il s’approcha d'elle, enfin plutôt du piano et en effleura les touches.

« Même moi j’ai pu maîtriser un morceau, vous devriez en être capable… »

Elle se leva d'un coup:

« Oh , joues! Je savais pas que tu savais y jouer! »

Si lui la vouvoyait, elle trouvais ça trop étrange de le vouvoyer à son tour. Tout simplement parce qu'elle ne l'avait jamais vraiment fait et qu'elle trouvait ça ridicule quand on se connaissait depuis pas loin de 119 ans.  119 ans, ça passait tellement lentement... mais en même temps, déjà 119...

Elle invita William à s’asseoir là ou elle s'était installé un peu plus tôt. elle était prête à boire chacune des notes qui sortiraient de cet instrument, et surtout, elle voulait qu'il lui apprenne, à elle.

« Et puis tu pourrais m'apprendre, ça m'évitera de malmener tes oreilles sensibles. »

Elle lui adressa un énormes sourire, comme un gosse s'apprêtant à faire une bêtise rien que pour que ses parents intéressent à lui.

« Aller, assis, et joues!»

Ça ne sonnait pas comme un ordre. Jamais elle ne pouvait se permettre de lui donner un ordre à lui même si elle savait qu'il obéirait, mais c'était quelque choses qu'elle n'arriverait tout simplement pas à faire. Sa phrase sonnait plus comme une demande, il suffisait qu'il accepte pour qu'elle soit comblée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 51
Masculin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Lun 30 Juin - 19:50

Souviens-toi de nos mélodies passées

Ce n’était pas du tout ce qu’il avait prévu. Mais il oubliait quelque fois que Sarah venait d’une famille bourgeoise, ce qui signifiait qu’elle avait aussi les traits d’une maîtresse de maison qui aimait plus voir qu’apprendre d’elle-même. C’était peut-être pour cela qu’il la regarda avec un air dépité après sa demande. Non, il ne voulait pas jouer, pas maintenant, dans ses conditions. Son cœur était encore en morceau, le puzzle était encore en cours de résolution, il n’avait vraiment besoin de cela maintenant.

Mais il avait cette sensation qu’il ne pourrait dire non à sa requête, parce que son masque de glace venait d’être détruit le matin même.

Elle le convia à la chaise du pianiste. Il tentait de résister au tout début, par des excuses à peine formulées. Mais rapidement, il abandonna simplement, s’asseyant sur le tabouret, le regard dans le vague. Que faisait-il là ? De toute manière, son Destin n’était-il pas de se résoudre à errer dans cette cage pour l’éternité ? Rien que d’y penser, il sentait ce poids sur les épaules. Non, il ne pouvait pas lui apprendre, même si elle lui demandait. Parce que le piano, il lui avait fallu trente ans pour en maîtriser qu’un seul morceau. En même temps il n’avait pas eu de tuteur pour cette discipline, il avait dû apprendre en regardant les autres jouer et avec les rares livres qui traitait du piano dans le manoir. Au fond, il serait bien incapable à lui transmettre un millionième de ce que qu’il avait pu apprendre. C’était peut-être parce qu’il n’était plus qu’il pensait ainsi.

De toute manière, il était destiné qu’à être un objet des Northwoods.

« Ecoutez bien alors. »


Et le majordome commença à jouer cette mélodie aussi froide que son cœur. Spring Waltz de Chopin, un des grands compositeurs de son siècle. Une partition rythmé  qui se voulait être une renaissance, de nouveau vivante par un homme qui n’était plus. N’était-ce pas ironique comme situation ? Les notes s’écoulaient sur le clavier et William tanguait. A quoi bon savoir jouer du piano si ce n’était que des morts ou des condamnés qui pouvaient l’entendre ? Le poison s’aventura dans ses veines, alors le tempo s’accéléra et  il perdit de sa stabilité. La chaleur devint échardes de glace à la forme des notes hors cadence et le tout se désarticula, inévitablement.

BANG ! Ses mains s’étaient écrasées sur les touches, comme un poignard entre les côtes. La tête baissée,  il s’était relevé d’une lenteur presque inhumaine. Son cœur lui faisait souffrir le martyre, comme ce matin-là. Pourquoi croire à une renaissance ? Pourquoi devait-il toujours penser ? Pourquoi devait-il toujours être là ? Il aurait voulu fuir, mais à cause d’elle, il avait dû mimer la vie. Lui-même s’en persuadait, c’était à cause de genre de personnes qu’il n’arrivait pas à mourir.  Ses mains glissèrent sur son propre cou, là où une marque encore fraîche semblait couper sa carotide.  Sa respiration se saccadait, s’étouffant sans aucune pression sur son corps.  Il ne lui restait plus qu’à crier, pour laisser échapper cette angoisse qui le rongeait.

Finalement, la crise de ce matin n’avait pas suffi à le calmer.

« C’est de votre faute… C’est de votre faute ce monde éternel, cette existence insipide… Je vous hais… je vous hais. JE VOUS HAIS ! »

Il s’était saisi du tabouret et le lança en sa direction, son visage déformé par une rage sans nom, par une tristesse invaincu par les âges. Mais le lancer était faussé, l’objet se cogna que contre la porte, faisant tomber quelques décorations, mais Sarah et le piano étaient saufs. La rage se dissipa, ne laissant place qu’à cet abîme sans fond et sans échappatoire. Culpabilité et souffrance, voici ce qui animait ses pupilles troublées par les larmes. Le piano était une arme mortelle. Elle lui demandait d’affronter celui qui croyait qu’apprendre ce qu’il n’aurait pas pu de son vivant pour se soigner de cette solitude. Mais il avait échoué, il n’avait pas pu panser ses angoisses. Cachant son visage du monde entier de ses mains tremblantes, il recula jusqu’à se cogner contre la fenêtre.

«  Va-t’en. Désolé. Disparais. Je m’excuse. Laisse-moi seul… Ne t’en va pas… »

Il articulait ces mots à demi voix, se laissant tomber à terre. Il n’avait plus la force de la vouvoyer, plus la force de lui jeter quoique ce soit. Pitoyable, c’était ce qu’il était ce qu’il ressentait. Il voulait la voir s’enfuir, qu’elle ne pose plus jamais son regard sur lui. Parce qu’il n’était pas que peiné par son sort, mais par le fait d’avoir été vu dans cet état. Quel homme pleurait devant une dame ? Même si dans le cas de Sarah, il était difficile de la considérer comme telle.

Il voulait s’effacer dans un sanglot, savoir qu’il n’y aurait pas de suite.  Mais il y en avait toujours une de toute manière. Malgré tout, il souhaitait qu’il doive rester là pour l’éternité, il voudrait être capable de dompter ce spleen. Mais seul, il semblait y avoir du mal.

" Notre existence est de même teneur que cette mélodie. Dans cette tendre cadence, je ne pourrais que rêver du printemps sans jamais l'atteindre. Alors je m'en excuse d'avance.  "

For  Sarah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 37
Féminin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Dim 6 Juil - 16:47

Après un peu d’hésitation, William vint tout de même répondre à la demande de Sarah. Mais dès qu’il commençait à jouer, quelque chose se passa, que d’abord Sarah ne remarqua pas sauf quand il se leva pour lui jeter le tabouret dessus en hurlant. Seulement le tabouret ne l’atteignit pas, seulement les paroles du majordome. « Je vous hais », elle n’aurait put dire si ces paroles lui était destinés ou si elle l’était pour un public plus large.

Mais Sarah nageait dans l’incompréhension. D’abord, elle se disait qu’il fallait mieux partir, de toute façon, tout ce qu’elle pouvait dire ne pouvait n’était que des « euh … » sans fondement, et rester planté au milieu de la pièce n’apporterait guère plus. Non, elle n’arrivait même pas à s’excuser. Seulement quelque chose lui disait qu’elle se devait de rester.
Seulement elle tourna les talons en direction de la sortie et jeta un dernier regard derrière elle mais ne put faire un pas de plus.

«  Va-t’en. Désolé. Disparais. Je m’excuse. Laisse-moi seul… Ne t’en va pas… »

Elle se retourna. S’en aller ou rester, il ne lui laissait le choix. Si elle partait, et puis quoi ? Fermer les yeux et retourner se coucher dans son lit, faire un tour dans le jardin et oublier comme si rien n’avait eu lieu ? Être sourde au larmes qui coulait à présent des yeux de William.
Ou bien rester et attendre. Attendre un signe, attendre qu’il se calme, essayer de parler. Elle n’avait jamais été bonne pour s s choses là, peut-être parce que la tristesse , elle l’avait oublié, elle choyer pour oublier la perte de sa mère, elle ne pleurait plus depuis longtemps. Peut-être pour cela qu’elle ne savait plus quoi faire.

Alors elle s’approcha dans un bruissement de robe. Arrivé à hauteur de William, elle s’accroupit en essayant de capter son regard. Voilà, tel était l’homme qu’elle aimait, tel il était devenue, et elle n’avait jamais rien vue. Elle articula lentement :

« C’est moi qui m’excuse… »

Elle s’assit en face de lui.

« Tu peux pleurer autant que tu veux mais je partirais pas. Et si tu veux parler, je suis là. »


Et elle resta là, devant lui. Elle s’excusa une deuxième fois, trouvant la patience d’attendre après lui, comme elle l’attendait depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 51
Masculin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Mer 9 Juil - 14:14

Souviens-toi de nos mélodies passées

Son cœur battait plus doucement que l’aiguille des horloges, mais cela ne rendait pas cette contraction moins douloureuse. Replié sur lui-même, comme pour oublier le temps, pour oublier cette pièce, pour oublier la personne qu’il avait été une victime de ses propres maux. Il s’était tendu à l’entente de sa voix, mais il ne fit aucun mouvement à part celui de se rétrécir davantage. Vraiment, il n’avait jamais voulu tout cela, il n’avait désiré que s’isoler, le temps que le spleen ne se dissipe. Pourquoi avait-il eu à gérer Sarah, elle et  sa musique disharmonieuse ? Pourquoi n’avait-il pas réussi à refuser cette mélodie meurtrière. La pellicule de glace s’était brisée, laissant les eaux déferlés sur ses pommettes. Après la rage, il n’y avait plus que le lancinant son des violons sombre de son cœur.

Cela avait été ainsi depuis un demi-siècle.

Mais ce qui l’accablait davantage, c’était la gentillesse de Sarah. Il l’avait pourtant bafoué, il l’avait rejeté de tout son être, mais elle était encore là, comme si elle était au chevet de son propre enfant. Il était pourtant plus vieux qu’elle, mais c’était cette image qui s’était imposé de son esprit. Les souvenirs communs pesaient comme une enclume, pourtant il lui rappelait la douceur de cette vie insouciante, aussi de ses propres péchés. Le calme s’était installé près de l’imposant piano, n’ayant que pour seul  mélodie leurs souffles respectifs. Doucement et tremblotante, sa main attrapa l’étoffe de la Northwoods. Sa voix était tout aussi faible, mais déjà moins malade que quelques temps auparavant :

« Je suis désolée, vraiment… »


Un moment de faiblesse où l’on passe d’un adulte à un enfant, où l’on oubliait la gêne des grands. C’était peut-être pour cela qu’il l’emprisonna de bras, lui broyant probablement les thorax. La nostalgie de la proximité d’un corps plus petit, un parfum bien plus floral que l’odeur du labeur. Dans ces souffrances anciennes, il y avait aussi la Culpabilité, cette grande amie qui le suivait dans son sillage. Il avait cet adultère sur les épaules, un péché qui tenait coupable de cette errance éternelle. Sa tête posé sur son épaule, il avait articulé dans  un murmure grinçant :

« … Elle était la femme de mon frère. Quand tu m’avais confié tes sentiments, il n’y avait qu’elle dans ma tête… Mais après toutes ses années, je suis incapable de me rappeler son prénom. C’est idiot, je l’avais aimé au point de salir l’honneur de ma famille, mais son visage m’est inconnu aujourd’hui… »

Le temps effaçait le fardeau, mais pas l’acte. Il s’en voudrait encore des années peut-être pour l’éternité. Il avait relâché son étreinte, maintenant que ses yeux s’étaient taris. De cette faute naquit le vide, de ce vide naquit le Spleen. Ce n’était sans doute pas à Sarah qu’il aurait dû mettre dans la confidence. Mais on ne choisissait pas ces moments de faiblesse

« J’espère que ce n’est que ce n’est pas à cause de cela que nous sommes… Ainsi. »


Au fond, s’il avait accusé les Northwoods, c’était pour clamer qu’il n’avait rien à se reprocher. Cette prière muette l’avait protégée autant qu’empoisonnée. Garder la culpabilité était difficile sur une d’homme, mais sur une vie de fantôme était ingérable.

N’était-ce pas pour cela qu’il était devenu fou ?

" Le souvenir de la vie n'est plus qu'une ombre, l'amour une faute. Qu'il y a-t-il à préserver dans cette existence futile?  "

For  Sarah.


Dernière édition par William C. R. Anderson le Ven 18 Juil - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 37
Féminin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Jeu 17 Juil - 14:56

La main de l'homme attrapa la robe de la jeune fille. Puis Sarah entendit sa voix, il s'excusa. Ce qui se passa ensuite, elle ne s"y attendait tout simplement pas. Elle sentit que William l'attirait vers lui. Il l'enlaça, ce qui étonna Sarah mais qui la fit sourire intérieurement.
Elle l'entoura aussi de ses bras avant qu'il reprenne la parole.

« … Elle était la femme de mon frère. Quand tu m’avais confié tes sentiments, il n’y avait qu’elle dans ma tête… Mais après toutes ses années, je suis incapable de me rappeler son prénom. C’est idiot, je l’avais aimé au point de salir l’honneur de ma famille, mais son visage m’est inconnu aujourd’hui… »

Il s'était confié à elle avant de relâcher la jeune fille. Elle ne savait pas si elle devait compatir, rire ou ne rien dire. Elle était encore à l'instant d'avant ou un tabouret lui avait foncé dessus. Mais là, le contraste était déroutant.
Mais elle ne prit la parole que lorsque William avança une hypothèse, ils étaient ainsi à cause de lui? Une personne responsable de la malédiction d'une centaine? Du moins c'était comme cela que Sarah interpréta.

« Pourquoi t'en vouloir pour ça? Ce n'est nullement ta faute, mais celle d'un autre homme. Je pense que tu le sais autant que moi, sinon plus. Après, quoi que tu ais à te reprocher, ce n'est pas pour ça que tu es comme cela, comme tout le monde ici, ou presque. »

Ils étaient proches à présent. Sarah avait réussi à gérer un enfant inconnu, mais elle était incapable de gérer un ami.

« J'ai perdue ma mère à l'âge de cinq ans, je n'en ai aucun souvenirs, que ce soi sa voix, son visage ou ses gestes. Je me souviens juste du vide qu'elle a laissée. Mon père n'est pas présent au manoir, je ne sait pas du tout ce qu'il devient, si il est mort aussi ce jour là. La seule chose qui me raccroche à ce que je connais est toi. »

Pourquoi elle lui avait raconté ça? Elle-même ne savait pas. L'instant des confidences,  peut-être ou une envie de briser un silence qui voulait s'imposer.

« Et je ressent toujours la même chose pour toi. »

Elle avait dit cela en baissant les yeux. Elle lui avait dit par le passé dans l'insouciance de l'adolescence, maintenant qu'elle était plus adulte, cela semblait si difficile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 51
Masculin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Ven 25 Juil - 20:56

Souviens-toi de nos mélodies passées

William avait oublié qu’il n’était pas normal d’étreindre une femme en cet instant. Et dira que de son vivant, s’entretenir avec une femme qui n’avait pas été introduit été immorale dans la haute société. Sa société avait été tellement froide qu’en réfléchissant un peu, la mort avait été bien plus grande en émotion que sa vie. Du moins sans considérer sa Faute.  Etait-ce qu’avec les années cette colère était devenue plus franche ? Ou peut-être que sa Tristesse avait fragilisé son éducation, nulle ne le saurait. Mais cette chaleur était réconfortante, dans un sens.

Peut-être parce qu’elle l’avait rassuré qu’il n’était pas coupable de la situation, même s’il avait du mal à y croire. Dieu l’avait puni par cette malédiction, c’était comme cela que cela fonctionnait. Sinon cette existence fantomatique était encore plus pitoyable. Mais une partie de lui disait  que c’était peut-être vrai, que ce n’était qu’un concours de circonstances qui l’avait emmené là.  Il était encore  trop tôt pour lui pour d’affronter cette idée.

Mais maintenant qu’il repensait, il n’avait jamais rencontré la mère de Sarah. Il devait être compliqué d’avoir oublié cette femme qui l’avait élevé, qui l’avait couvé par amour. Instinctivement, il lui caressait les cuirs chevelus comme il l’aurait fait avec son petit frère. Les siens, il récitait leur nom, se remémorait des souvenirs communs lors des bons jours. Peut-être parce qu’il avait voulu les retrouver au fil des années, parce que son père était mort peu après lui. Il comprenait tout à fait cette sensation de se retrouver seul, loin des siens.

Et même s’il était difficile d’être à ses côtés.

Il l’avait lâché, il s’était reculé pour voir son visage. Le majordome avait les yeux rouges et les paupières enflé par les pleurs. Progressivement, il s’était mis en tailleur, avec grand sourire, le visage avait repris ses traits légers de sa jeunesse. Sa voix marquait un peu plus d’assurance, mais légèrement peinée :

«  Et je ne peux toujours pas répondre à tes sentiments et pardonne moi mon audace, mais tu as un goût toujours aussi terrible pour les hommes. A l’époque tu cherchais un homme pris et maintenant une âme détruit. Une femme de ton rang devrait chercher la sécurité. Toutefois… »

Il s’était saisi de sa main et il l’avait frôlé de ses lèvres. Un baisemain pour remercier sa présence en quelque sorte. Un fugace amusement de ce qu’il avait été. Il était rare qu’après une crise il se reprenne de cette manière mais c’était sans doute cela la force de ne plus être seul.

«  Merci et encore désolé de cette scène, la prochaine fois tu sauras que si tu ne veux pas je te lance un fauteuil, évite de me faire jouer. »


Il s’était relevé et il la tira pour la relever. Bientôt il faudrait reprendre le masque, se forcer à faire semblant de vivre. Mais pendant un instant il était retourné dans ce passé chaleureux, quand il riait avec cette amie. En y réfléchissant, il avait été plus moqueur que la première fois qu’il l’avait éconduite. C’était peut-être pour chasser l’image de la crise, peut-être parce que cette fois, il la trouvait stupide de s’intéresser autant à lui.

L’horloge avançait lentement, mais surement.

" Même si l'amour n'est pas au rendez-vous, il subsistait l'attachement d'une camarade de galère.  "

For  Sarah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 37
Féminin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Jeu 31 Juil - 12:17

«  Et je ne peux toujours pas répondre à tes sentiments et pardonne moi mon audace, mais tu as un goût toujours aussi terrible pour les hommes. A l’époque tu cherchais un homme pris et maintenant une âme détruit. Une femme de ton rang devrait chercher la sécurité. Toutefois… »

Sarah ne fut pas surprise, quelque part, elle savait très bien qu’insister ne sert à rien, surtout avec lui. Elle savait au moins ça mais elle n’y était pas insensible non plus, elle eut une petite pointe de tristesse mais ne put s’empêcher tout de même de sourire timidement au sujet de ses goûts pour les hommes.
Puis il lui fit un baisemain, une chose qui la surpris énormément. Ce n’était pas aux princesse ou aux reines qu’on faisait ça ? Elle le laissa juste faire, se demandant pourquoi.

«  Merci et encore désolé de cette scène, la prochaine fois tu sauras que si tu ne veux pas je te lance un fauteuil, évite de me faire jouer. »

Elle lui sourit après avoir prit sa main pour se lever.

« J’apprendrais toute seule pour ne pas avoir à faire du mal à ton ouïe sensible. Et tu pourras aussi laisser les fauteuils où ils sont comme ça »

Sarah avait appris que le piano pouvais être une arme, et la musique surtout. Ces petites mélodies qui dictent une vie. Même les chansons d’enfants ne sont pas innocentes. Mais une armes qui enchantent comme détruit, plus efficaces des fois que l’épée.

« Tu sais que je préfère quand tu agis que quand tu à l’air d’un fantôme, sans mauvais jeux de mots. Le William que je connais n’agit pas comme si il ne savait faire que ça. »

Le William qu’elle connaissait était juste emprisonnée dans une enveloppe, qui criait qu’on la libère.

« Et pardon, pour tout. »

Tout englobait le piano et aussi ce qu’on pourrait appeler comme un deuxième essai. Il était vraiment à prendre avec des pincettes son cher majordome.

«Si on s'excuse tout le temps on va pas s'en sortir tu crois pas?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 51
Masculin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Sam 9 Aoû - 14:18

Souviens-toi de nos mélodies passées

Un simple rire accompagnait la remarque de la demoiselle sur la place du fauteuil. Il aurait bien ajouté qu’un siège volant était une chose peu courante et donc qu’on devait apprécier l’événement, mais il était difficile de plaisanter de ses erreurs dans de telles conditions. Il aurait pu la blesser lors de cette crise, il en était conscient. Et il ne se le pardonnait pas non plus, alors il voulait simplement éviter l’incident diplomatique comme il savait si bien le faire autrefois.

Toutefois, son visage perdit de sa consistance à sa deuxième remarque. Il n’était pas certain qu’agir était le meilleur moyen de continuer à exister. Plus il faisait, plus l’ombre qui se tenait derrière lui grandissait. Au moins s’il tentait de meurtrir son cœur, il n’aurait pas à espérer au Changement. A celui qui lui permettrait d’enfin accéder au repos éternel. Mais d’un autre côté, Sarah n’avait pas tort. Ce qu’il avait été n’aurait jamais tenté de se laisser mourir. Parce que l’ancien William avait voulu vivre, même en s’ajoutant le poids de l’adultère sur les épaules.

Il avait même vu en la mort le moyen de devenir majordome.

« Si tu le dis », avait-il murmuré avec un faible sourire.

Ce pardon avait été celui de trop, l’anglais ne put s’empêcher de soupirer. Pourquoi s’excusait-elle ? Tout avait été de sa faute depuis le début. Il aurait dû refuser de lui montrer comment il jouait, il n’aurait jamais dû aller voir qui lui arrachait les tympans dans cet état. Si quelqu’un devait s’excuser, cela devait bien être lui. Pour avoir craqué une nouvelle fois, pour avoir cet esprit si fragile, pour qu’après une décennie, il avait été incapable de trouver l’équilibre dans cette malédiction.

Mais ces tous derniers mots eurent l’effet d’un électrochoc. Il sursauta même, la dévisageant avec perplexité. S’il ne s’excusait pas, que deviendrait-il de ses fautes ? Il avait quand même trahi son frère, avait sali l’honneur de sa famille. Pourtant, s’il avait pu arrêter de chercher le pardon et ne plus avoir cette culpabilité, il aurait sans doute pris un autre chemin. Sur cette réflexion, il lâcha presque sans s’en rendre compte :

« C’est une bonne remarque. J’étudierai la possibilité. »

Après tout cela faisait une décennie qu’il essayait de se faire pardonner. Un sourire étrange se formait sur ses lèvres, un mirage sur cet homme raide et glacial comme la glace. Peut-être une once de sainteté dans cet homme fou.

« Merci encore une fois d’être restée, la prochaine fois, je tenterai de jouer de bon cœur sans jeter les meubles. Mais pas avant que tu maîtrise l’harmonie. Tu devrais d’ailleurs t’excuser auprès des hommes de chambre, ils ont moyennement apprécié ton improvisation. »

En tant que majordome, il était normal d’être le médiateur de ses subordonnées. Il l’avait presque oublié aussi, à force de s’égarer.


" Peut-être que le péché est pardonné depuis les années où je le porte. Alors il est temps d'avancer, enfin.  "

For  Sarah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 37
Féminin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Mar 12 Aoû - 14:06

Les domestiques, s’excuser. Oui, euh non, s’expliquer. Elle voulait plus s’excuser. S’excuser d’aimer quelqu’un qu’elle ne méritait pas,  s’excuser de ne pas être marié à 19 ans, s’excuser d’être maintenant morte, s’excuser d’être malgré elle membre d’une famille qui en exterminait une autre.
Mais si Will le demandait, comment pouvait-elle refuser. Comment ça se devait être le contraire, rien à faire papa, tu n’es plus là de toute façon.

« Les domestiques ont râlé aussi, alors tu es allé réparer c’est ça ? »

Elle rigola, peut-être parce qu’elle savait qu’elle faisait les choses mal même si elle voulait le faire bien.

« Je te fais confiance pour réparer mes doigts, ou on fait ça dans une salle sans meuble.  Et me remercie pas, si j’étais partie, ça aurait été pas digne d’une amie non ?»

Une chose était sûre, elle aimait toujours les moments passés avec lui, parce qu’il était lui quand elle était là, et qu’elle était elle pour qu’il puisse être lui. Aussi, parce qu’on pouvait parfois se réjouir,  d’être morts, profiter des choses qu’on ne pouvait pas se permettre quand on est vivant. On peut faire tout à tas de choses.
Elle s’approcha de Will et lui étira le coin des lèvres pour faire un sourire.

« Je veux te voir tout le temps comme ça. Et pas seulement devant moi. »

Elle le lâcha.

« Ah oui les domestiques ! »

Et elle sorti de la salle en lui faisait un énorme sourire complice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 51
Masculin



MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   Mer 20 Aoû - 11:29

Souviens-toi de nos mélodies passées

Il ne lui dirait probablement pas qu’il était à la base venue en émissaire. Il lui semblait légitime qu’elle présente ses excuses à ses collègues, qui eux aussi avec souffert de sa cacophonie. Il haussa simplement les épaules à la question. C’était à elle de voir comment elle s’en tirerait dans cette situation, il était un exécutant, rien de plus. Et puis sans doute par un brin de curiosité aussi.

En tout cas, sa résolution lui plaisait et William clignait des yeux pour toute réponse. Elle méritait pourtant ces remerciements, mais soit. Il n’était pas en mesure de lui dire ce qu’elle devait faire, il était les restes de lui-même après tout. C’était aussi pour cela qu’il n’était même pas certain qu’à sa place, il serait resté. Mais il hochait la tête malgré tout, car un mensonge pouvait éviter un incident diplomatique. Ils avaient eu assez d’émotions pour aujourd’hui.  Il  était normal de vouloir la ménager. Parce qu’il serait toujours son amour à sens unique, camouflé sous son propre mensonge. Alors ils étaient quittes.

Mais avouons qu’il ne s’attendait pas qu’elle lui dessine un sourire. Le majordome était resté figé comme une statue. Cela lui prenait souvent d’agir ainsi autrefois ? Probablement, mais il en restait surpris.  S’il devait décrire ce sentiment, ce serait probablement de la gêne. Oui, celle de recevoir des leçons d’une adolescente plus jeune que soit, qui finalement n’était plus une enfant depuis les années. Essayez de prononcer quelque chose quand on vous prenait le coin des lèvres, et ça donnerait ça :

« J’echayerais… »

Dur d’être convainquant, n’est-ce pas ? Et Sarah fila comme une étoile, la fin d’une parenthèse tragique de son semblant d’existence. Son cœur s’était glacé après  cet incendie dévastateur, L’anglais avait tenté de le faire battre comme auparavant, mais les aiguilles s’étaient coincés dans ses engrenages rouillés. Alors il avait tenté de le faire taire, par tous les moyens possibles, malgré ses sursauts dévastateurs.

Il l’avait regardé s’éloigné, posant sa main sur sa poitrine. Ce battement n’avait jamais cessé, il avait maudit cette horloge trop vivace. Encore un peu embarrassé, il avait cette sensation de chaleur qu’il en émanait. Elle en serait trop fière de savoir qu’elle avait réveillé sa machine des sentiments. Un faible sourire et un «  Au revoir » du bout des lèvres.

Oui, ce sentiment était cette chaleureuse étreinte que l’on aurait donnée à une sœur. Il en était certain.



"Un jour, peut-être que nous oublierons même que nous sommes des fantômes.  "

For  Sarah.


[END]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je suis
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Souvient-toi de nos mélodies passées [PV Will] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Northwoods Manor :: Demeure principale :: Salle de musique-
Sauter vers: